Billet d'humeur

De l’importance de la déchéïtude!

7 avril 2016

J’ai pu, au gré de certains commentaires que vous m’avez laissés sur mes différents réseaux sociaux, m’apercevoir que parfois le message que je souhaitais véhiculer pouvait être mal compris.

Quel est donc ce message ?

 

En chaque femme sommeille une femme fatale, une star de cinéma ultra glamour, en bref une version améliorée d’elle-même pour peu qu’elle connaisse deux ou trois astuces de maquilleurs!

 

Malheureusement, certaines de mes expérimentations et errances artistiques, sur Instagram notamment, ont fini par créer l’inverse de l’intention de départ. A savoir :  saper des estimes de soi, pousser à la comparaison et servir le jeu de la compétition sociale.

Quoiqu’on fasse finalement et peu importe la sincérité qui vous anime, on n’a que peu de prise sur la façon dont les autres réceptionneront votre travail.

C’est donc tout naturellement que je veux aujourd’hui rétablir une vérité :

 

Je ne suis pas au quotidien la version améliorée de moi-même que vous voyez en vidéo.

 

Depuis que je suis sur Youtube, je me considère un peu comme vidéaste, dans le sens où je vis chacune de mes vidéos comme la résultante d’une expérimentation artistique. A un très humble niveau, on s’entend!  Mais il y a derrière chacune d’elle un réel travail créatif : conceptualiser, filmer, monter etc. Le processus est à mes yeux infiniment plus artistique qu’il n’y parait de prime abord mais je garde ce débat là pour une autre fois 🙂 .

Le jeu ultra narcissique ambiant, exacerbé par la machine Instagram, auquel je participe en toute conscience, accroit malheureusement la propension qu’ont certains et certaines à se dévaloriser naturellement.

Ce n’est pas ce que je voulais. Ce n’est pas ce que je souhaitais.  Mais je suis obligée de le reconnaitre. Un brin d’auto critique ne fait jamais de mal!

Je vous poste aujourd’hui une photo de moi dans mon costume du moment. Vous l’ignorez peut-être mais je suis en plein emménagement. Je passe donc mes journées à monter des meubles, classer, jeter, trier, ranger. Des choses qui ne feront pas rêver la majorité d’entre vous et qui pourtant me sont essentielles en ce moment. J’ai envie de ne faire que ça et j’aime ça!

Je prends des vacances de mon enveloppe corporelle et de moi-même!

Je vous avais déjà expliqué en vidéo que mon rapport au maquillage est assez libre. Ce n’est pas une contrainte, c’est du fun! Et je peux très bien sortir maquillée comme un camion comme je peux très bien sortir sans un brin de maquillage, avec mes lunettes, mes cernes, un jogging pourri et des baskets et je vous assure que je serai la même! Seul le regard des autres sur moi changera mais moi je suis et resterai la même!

Tant que me maquiller m’amuse, je continue. Dès que ça devient une contrainte j’arrête. Et je veux surtout garder le plus longtemps possible cette flexibilité là, cette liberté là. Vis à vis de moi-même et des autres.

Donc, j’en reviens à mes moutons et à mon besoin d’aller parfois au bout de ma déchéïtude… Sur le plan vestimentaire, cela va de soi, mais aussi psychologique…

J’ai tout simplement besoin de toucher le fond pour remonter !

Alors je sais, et c’est là que je voulais en venir, que pour vous c’est la même chose! Vous aussi, j’en suis certaine, vous avez des moments où vous avez tout simplement envie d’être en stand-by. C’est salutaire.

On a tous et toutes besoin par période d’une sorte de “reboot” psychique et physique pour mieux repartir sur tous les fronts de la vie.

Certaines d’entre vous verront dans cette photo une volonté de m’afficher. D’autres y verront de la duplicité car la photo est un peu esthétisée là aussi. Certaines y verront du courage quand d’autres encore y trouveront du réconfort car non, vous n’êtes pas seules à vous sentir bien dans votre veste-pyjama en laine polaire toute tachée de sauce et des imitations de crocs! Franchement c’est moche mais existe t-il des pompes plus confortables et plus adaptées à la situation qui nous concerne?

crocs

J’ai aussi besoin de cafarder! Ca sert à rien si ce n’est à m’octroyer le droit de me plaindre!

C’est une chose que j’évite de faire le reste du temps, compte tenu de tout ce qui se passe dans le monde, et rend ma complainte scandaleuse et indécente. Mais oui, de temps en temps, je m’autorise à me plaindre de tout. De la vie. Du monde. Des autres… Bref je laisse ma part obscure s’exprimer en toute  quiétude et sans scrupule.  Ca ne me rend pas moins empathique. Ca me permet juste de porter des oeillères de façon transitoire. D’être moins poreuse aux horreurs de ce monde et ça me fait du bien!

Malheureusement, le monde n’ira pas mieux parce que j’aurai pleuré de concert avec les femmes Yezidi. Daesh ne reculera pas parce que j’aurais été indignée par la mort du petit Aylan. La banquise ne fondra pas moins parce que les angoisses que j’éprouve pour le futur de mes enfants m’empêchent parfois de dormir! Pourtant ces émotions existent, je les vis et je les ressens. Alors de temps en temps je me permets de prendre aussi des vacances d’elles. En toute indulgence pour moi-même.

Si on est capable d’être au meilleur de nous-mêmes sur le plan moral et physique, on est aussi capable d’être au plus bas. Et vous savez quoi? Ca s’appelle l’équilibre!

Regardez les funambules! Ils tanguent inlassablement sur la gauche, sur la droite, parfois ils sont sur le point de tomber et in extremis se remettent sur le fil. Ce qui compte c’est de rester sur le fil… Si on se raidit, si on arrête de tanguer, on tombe.

Alors mes ami(e)s, oscillons à l’unisson et en imitation crocs, cela va de soi ;-)!

aborder-une-fille-funambule

 

signature

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.