Billet d'humeur

Deviens la mère que tu es!

juillet 28, 2016

Je me permets de paraphraser notre ami Friedrich car je souhaiterais traiter du thème éculé du mythe de la mère parfaite.

Je sais qu’il existe des blogs entiers qui lui sont consacrés et je sais aussi que je n’apporterai rien de nouveau concernant le sujet, si ce n’est mon expérience.

Il se trouve que lorsque je suis tombée enceinte de mon fils, je m’imaginais que je serais cette mère là :

 

e2fdfe11

 

La Vierge Marie, rien que ça!

 

Une mère douce, dotée d’une patience infinie, ayant la capacité (surnaturelle ?) de répondre toujours de façon juste et cohérente aux sollicitations de mon enfant à venir.

Lui, bien sûr, serait un enfant calme et posé puisqu’il grandirait dans un cadre harmonieux et sécurisant le tout arrosé d’amour, de bienveillance, de guimauve, et de petits lapin en sucre, de … oui bon j’étais jeune et naïve! Sûrement plus que la moyenne j’en conviens!

M’enfin le backdraft de la réalité que je me suis pris dans la “yeule”, je peux vous dire que ça vous remet n’importe quelle pendule à l’heure.

 

Hellooooo principe de réalité!

 

C’est malheureusement sans compter sur l’enfant à naître qui lui a décidé de contrecarrer votre joli scénario hollywoodien…

Ah les joies de la génétique! En fonction des aléas vous pouvez vous retrouver soit avec un génie, soit avec un enfant qui a hérité de tous vos défauts, ce qui bien entendu lorsque vous avez tendance à être dans la projection narcissique vous ramène incessamment à vos propres limites.

Je vous l’ai déjà dit mais clairement on gagne en humilité en devenant maman, rien que pour ça c’est essentiel (no offence aux childfree, je ne fais pas de prosélytisme !)

 

Il se trouve que dans les faits je suis ce genre de mère :

116_liquidateur

 

Loïs dans la série Malcolm

 

Parce qu’il se trouve que mon fils est le parfait mélange de Malcolm pour l’aspect « je sais tout sur tout, j’ai un avis, sur tout, je ne sais pas fermer ma gueule et ceci me fait me retrouver systématiquement dans des situations périlleuses », de Dewey pour le côté bizarre (mais vraiment très bizarre) ainsi que l’imagination délirante et enfin de Francis pour sa tendance naturelle à s’opposer à sa mère, la tenir responsable de tout en toutes circonstances, bref vous l’aurez compris nous avons connu mon fils et moi quelques conflits !

Dieu Merci il n’a de Reese que l’inclination pour la lutte ! Ca peut toujours être pire…

Et moi ? Et bien moi je ne me reconnais pas!

Je ne savais pas qu’en moi sommeillait une gueularde, un général de l’armée de terre, je ne savais pas non plus que j’étais tellement tenace !

J’ai très vite fait le deuil de la figure emblématique maternelle et quasi christique à laquelle j’aspirais dans ma grande vanité ! Non, clairement j’ai appris à faire avec un humain que j’avais fabriqué et qui avait un caractère « particulier ».

Très vite j’ai compris que ça venait de moi… Parce que mon mari, bien qu’il ait du caractère et pas qu’un peu, n’est pas ce qu’on pourrait appeler une personnalité explosive alors que mon fils et moi sommes « volcaniques » et je dois dire que cet enfant a le mode d’emploi me concernant. Il a le bouton START et il arrive à me faire passer en une milliseconde d’un calme olympien à une furie !!!! C’est assez étonnant d’ailleurs et je lui reconnais volontiers ce talent !

 

lois-malcolm-middle-mantenerlos-foto_nacima20131210_0233_3

Je vous assure que ça y ressemble!

 

Il entre au collège en septembre et nous avons maintenant une décennie de vie commune à notre actif, c’est assez long pour qu’on se permette d’en faire un bilan.

Qu’ai-je appris de lui ? J’ai grandi. Incontestablement. J’ai appris à lâcher prise aussi, c’était obligatoire si je ne voulais pas me transformer en Médée (l’hyperbole vous l’aurez compris fait partie intégrante de ce post !!!)

J’ai appris aussi que les défauts que je lui ai légués en héritage allaient être une force parce que selon les circonstances avoir un sale caractère ça peut vous aider à faire face à beaucoup de connerie et c’est ô combien précieux de nos jours !

Et surtout moi qui me voyais fragile, je me suis découvert une force incroyable grâce à lui et non à cause de lui. J’ai mené des combats et suis devenue militante, une chose que je ne me soupçonnais vraiment pas capable de faire avant lui. J’ai aussi beaucoup appris sur la vie, sur les échecs qui n’en sont pas car ce sont des leçons ou des opportunités. J’espère sincèrement lui apporter autant qu’il m’a donné.

Ce que je lui ai appris ? Je ne sais pas il faudrait lui demander 🙂

Mais ce que je constate c’est qu’à l’aube de l’adolescence nous en avons fait du chemin lui et moi.

C’est un garçon calme et posé (tout arrive !!!) et le plus beau dans tout ça c’est notre relation. Il existe entre nous une sorte de pacte secret, nous sommes seuls à savoir nos défauts et nous en rions de bon cœur ! Je le surprends parfois à me ressortir des phrases que je lui ai dites quand il était plus jeune, alors je sais que tout a servi:  les pleurs, le désespoir, les cris, les « mais mon Dieu qu’est-ce qui m’a donné un enfant pareil », les mélodrames « j’arrête, je quitte tout Monde cruel » et bien entendu les joies et les rires !

Ce n’est pas pour rien que j’ai toujours aimé Forrest Gump, j’aurais aimé être ce genre de mère, en même temps Forrest n’est pas mon fils…

Mais c’est un film qui montre que l’on peut avoir une vie magnifique et pleine de surprises même si on démarre avec des points de retard.

Je ne sais pas ce que l’avenir réserve à mon fils. Je sais juste que j’ai confiance en lui, en la vie et en moi et ça c’est déjà beaucoup, vous ne croyez pas ?

 

 

signature

You Might Also Like

34 Comments

  • Reply Sandra juillet 28, 2016 at 5:51

    Quel joli post! A 28 ans, je ne suis pas mère et n’en ressens pas du tout l’envie. D’ailleurs, cette pression sociale que je ressens un peu plus chaque jour me soule un peu. M’enfin, ce n’est pas le sujet…
    J’ai trouvé ton post plein de tendresse malgré cette énergie qui s’en émane…tes mots transpirent ton côté volcanique! Je ne pourrais pas donner mon point de vue de mère, tu l’as bien compris. En revanche, j’ai été une ado trèèèèès difficile et le bouton “start” de ma mère je l’activais un peu trop souvent! Aujourd’hui nous avons une complicité incroyable (ce qui ne nous empêche pas de nous hurler dessus parfois aussi…c’est ce qu’on appelle la passion je crois!) et je constate que vous êtes tous les deux en train d’en établir une très jolie aussi. C’est très drôle de lire le point de vue d’une maman, c’est aussi très rafraîchissant lorsque les blogueurs laissent parler leur côté humain, loin des images lisses que le net peut nous offrir généralement!

    • Reply Sonia_Selaire juillet 29, 2016 at 2:07

      Coucou Sandra, c’est ainsi que j’ai voulu ce blog : intime! C’est un endroit où j’aime parler de choses plus personnelles sans artifices, sans montage ;-).
      Je suis toujours très surprise de l’accueil que l’on réserve à mes billets d’humeur… Les gens sont, vous êtes toujours si gentilles et emplies de bienveillance, c’est vraiment agréable. Alors bien sûr ce blog c’est comme le reste, je le fais en dilettante mais pour rien au monde j’arrêterai. C’est une bulle d’amitié et d’humanité et c’est précieux!
      Je t’embrasse bien fort <3<3

  • Reply Laurence juillet 28, 2016 at 6:02

    Merci de désacraliser l’image de la mère parfaite…. effectivement nous sommes plusieurs dans ce cas là !

    • Reply Sonia_Selaire juillet 29, 2016 at 2:07

      Si je peux aider hahahaha 😉 Gros bisous <3 <3

  • Reply Tachouille juillet 28, 2016 at 7:15

    Encore un bien joli post! Les enfants ont ce talents de faire ressortir le pire comme le meilleur de nous meme! Et en même temps c’est pour ça qu’on les aime! Ils te rendent fou mais sans eux tu n’es plus rien (enfin des fois ça fait du bien quand même de ne pas les avoir!😉). Encore merci pour ta plume! Natacha maman de 2 tornades de 3 et 5 ans (oui oui au tout début des ennuis!😂😂)

    • Reply Sonia_Selaire juillet 29, 2016 at 2:16

      Oui ils nous révèlent à nous mêmes 🙂 et j’avoue que je n’ai pas du tout honte de dire que parfois je veux des vacances de mes enfants et qu’ils me sortent par les trous de nez, c’est justement parce que je les aime et que je leur donne 80% de mon énergie au quotidien. Se l’avouer ça permet de mieux repartir ensuite. J’ai du mal à croire certaines femmes qui disent “je donne tout à mes enfants”, “mes enfants sont ma vie”. Euh… je ne pense pas que ce soit un service à leur rendre. J’étais femme avant de devenir leur mère et c’est important de ne pas se réduire à cette seule fonction maternelle #lapalissade! 3 et 5 ans? Courage :-D! C’est épuisant mais qu’est-ce que c’est mignon aussi!! Plein de bisous <3 <3

  • Reply Ta PandaSista juillet 28, 2016 at 7:30

    Sonia,

    Comme je te remercie de ce post. Je suis maman de 2 garçons et j’ai l’impression d’être devenue agent de police hurleuse. Je culpabilise d’ailleurs souvent de ne pas trouver la patience , de ne pas être la douce “Caroline” dans la petite maison dans la prairie, dévouée corps et âme à ses enfants et son mari. Je rêvais aussi d’être cette mère jeune , compréhensive , juste … Parfaite . Mais non. Mon fils aîné est à la limite de la précocité et est tellement intelligent , qu’il appuie là où ça fait mal quand bon lui semble et son hypersensibilité le rend aussi bien attachant , qu’effrayant. (Il est très doué pour les maths, merde , tout cela ne vient pas de moi :p )
    Le second fait un complexe d’Oedipe ultra … Tyrannique et je me fais accompagner pour éviter mes envies de le jeter par La fenêtre (n’appelez pas la protection de l’enfance , c’est du second degré hein ) . MAMANNNNNNN’N’NN , toutes les 30 secondes … Et Ca , c’est mon bouton Start au bout de la 12 eme fois , 47 eme questions.
    Mes enfants ne sont pas parfaits, moi non plus. Mais quand on se câline , qu’on se raconte nos histoires , quand on se regarde .. On sait que chaque étape plus difficile n’est que l’aube d’un bonheur encore plus grand .
    À toi Sonia , ma Pandasista, tu mérites les meilleurs petits et grands bonheurs ! Je t’embrasse

    • Reply Sonia_Selaire juillet 29, 2016 at 2:28

      Hahaha ma Pandasista j’ai hésité entre la vierge Marie et Caroline Ingalls pour l’illustration du cliché de la mère parfaite! Je vois qu’on a les mêmes références 😉
      Personne n’appellera la protection de l’enfance, ne t’inquiète pas, ici c’est le blog des MIA (mamans imparfaites anonymes)! Je pense que c’est très sain d’avouer que l’on a envie de tuer ses enfants par moment, moi j’ai envie de les tuer 12 fois par jours, j’alterne aussi avec l’envie de tout quitter et de partir loin, et si je ne me laissais pas cette possibilité, je les aurais sûrement tués pour de vrais hinhinhin!
      Bref quand je dis que j’ai appris le lâcher prise c’est surtout ça que j’ai appris : l’indulgence envers moi, la bienveillance envers moi. Je commets plein d’erreurs tout le temps mais rien d’irrattrapable d’une et de de deux ce qui compte c’est que j’essaye et que je fasse tout avec le coeur. Si je suis bien obligée de faire avec l’enfant que le ciel m’a envoyé, il est aussi obligé de faire avec la mère qu’il n’a pas choisi et tout ça, ça enrichit la vie! Plein de bisous <3<3

  • Reply Aude juillet 28, 2016 at 7:55

    Bravo et merci pour ton article qui est une vraie déclaration d’amour d’une maman pour son rejeton…. Me suis tellement reconnue merci et c’est vrai nos enfants avec leurs caractères de merde nous font grandir et m’ont tellement et je leur dit merci à eux aussi.

    • Reply Sonia_Selaire juillet 29, 2016 at 2:31

      Coucou Aude, on parle souvent du mythe de la mère parfaite mais il existe un autre mythe tout aussi vain, celui de l’enfant parfait. Mon fils est ce qu’il est et je ne l’échangerai pour rien au monde. ON entend toujours ces phrases gnangnan à souhait mais qui sont tellement vraies : “je ne savais que j’étais capable d’aimer autant avant d’être maman” et bien me concernant c’est vrai 🙂 Enormes bisous <3<3

  • Reply louvePassions juillet 28, 2016 at 8:40

    yeahhhh magnifique article , j étais aussi pleine de magnifiques principes surtout qu avant d avoir mon fils aîné j étais nounou à domicile et j ai élevé pas mal de chers bambinos et ça c’est toujours bien passé , et là naissance de mon aîné (qui a 17 ans 1/2 maintenant ) splendide petit garçon , vif et intelligent mais avec un caractère de folie !!! (le mien il parâit ) et là à partir de ses 2 ans il est entré en crise d adolescence (oui oui àa existe) et moi j ai commencé mes hospitalisations longues ce qui n a rien arrangé et pendant 9 ans ça a été l enfer , mais avec un amour immense pour cet enfant qui avait tellement d amour et d énergie qu il ne savait pas comment là canaliser , on a du se faire aider et par bonheur , une psy à su trouver les mots pour l aider , en 1 été il a changé du tout au tout , mais en même temps nous aussi on a eut des séances , des remises en question , le métier de parent est le plus beau du monde mais le plus difficile aussi , et la grandeur c’est de savoir se remettre en cause et ça c’est nos enfants qui nous l apprennent c’est pour ça qu ils sont si précieux , et je suis fière de ne pas être une mamand parfaite parce que c’est grâce à nos erreurs que nous avons à présent une belle relation , et je me suis tellement retrouvée dans ton article <3 je vous souhaite plein de bonheur 🙂 et d aventures

    • Reply Sonia_Selaire juillet 29, 2016 at 2:49

      Hahaha comme je te comprends moi j’ai eu un adolescent à la maison depuis qu’il a 2 ans! Donc oui je te crois et je sais que c’est possible :-)! Devenir parent, je l’ai déjà dit mais c’est une expérience spirituelle intense ! Parfois il est judicieux d’avoir un regard extérieur, ça permet de ne pas s’enferrer dans des réflexes inadaptés. Je te rejoins aussi sur l’idée que nos erreurs sont plus enrichissantes pour eux comme nous que nos réussites. Je t’embrasse et te souhaite une belle journée <3<3

  • Reply Suzanne juillet 28, 2016 at 8:42

    Sonia j ai vécu sensiblement la même histoire avec mon fils. Il a 23 ans aujourd’hui hui
    et ce n est pas toujours facile mais lui et moi continuons à évoluer et à apprendre l un de l’autre.
    Nous avons passé à travers plusieurs épreuves difficile mais nous l avons fait ensemble et
    je sais malgré des divergences d opinion que nous serons toujours des alliés, dans le pire et dans le meilleur.
    Merci de ta très grande franchise et surtout de ton humour.
    Bonne route belle Sonia…
    Suzanne de Montreal

    • Reply Sonia_Selaire août 3, 2016 at 11:47

      Merci Suzanne pour cette projection dans le temps qui me donne confiance en l’avenir ;-)! Plein de bisous <3<3

  • Reply Steffi juillet 28, 2016 at 9:27

    Mon fils a 5ans et je nous reconnais à 1000% dans ce joli récit … Ça me réconforte de savoir qu’après quelque tempête de beau rayons de soleil peuvent pointer le bout de leur nez. C’est très difficile de vivre avec la pression sociale ou l’image impeccable que l’on devrait renvoyer de la mère de famille parfaite. Je pense que le plus important et ce même en plein orage c’est qu’il faut se dire qu’on fait de son mieux à l’instant T avec les ressources dont on dispose à ce moment précis. Qui est la mère parfaite ? Je n’en connais pas… Mais j’en connais plein qui font de leur mieux. Merci pour ton témoignage en tout cas et très bonne continuation.

    • Reply Sonia_Selaire août 3, 2016 at 11:46

      Avec le mensonge de la mère parfaite il y a aussi la jolie fable romantique de la maternité épanouissante et du petit humain qui n’est que tout amour pour ses parents. Ca nous choque quand la réalité nous rattrape et il faut se souvenir de ce que disait Sénèque : “la vie ce n’est pas attendre que l’orage passe, c’est apprendre à danser sous la pluie” quand on comprend ça, on se détend 🙂 Plein de bisous <3<3

  • Reply Loupi84 juillet 29, 2016 at 12:35

    Surtout un très bel hommage à ton enfant… ils nous font grandir en même temps qu’eux.
    Maman de deux Loulous de 6 et 10 ans , je me rends compte que ce mythe de la mère parfaite m’a rendu totalement imperméable à l’essentiel, l’écoute de soi, de sa progeniture, en voulant tout controler, tu finis pas passer à coté d’eux et des vrais moments importants… heureusement, eux sont là pour nous rappeler l’essentiel : “Maman… et si à la place de passer les 101 prochaines minutes à reflechir à comment organiser au mieux notre journée de demain tu venais faire une bataille de guili ???”
    Depuis, j’ai laissé tomber mes listes, mes angoisses et juste… je profite… des bisous, des calins, des batailles de guilli (oui j’insiste mais qu’est ce que c’est trop bien !!!!!)…
    Merci Sonia pour ce partage d’experience !
    Bisous

    • Reply Sonia_Selaire août 3, 2016 at 11:43

      Ooooh oui ça gâche bien la vie cette quête illusoire de la perfection, on passe à côté de la vie, la vraie, la simple… ON ne devrait s’attacher qu’aux instants… Je t’embrasse <3<3

  • Reply pâte à crêpe juillet 29, 2016 at 12:52

    Chère Sonia,
    Je te suis depuis quelques temps, j’aime tes vidéos, j’aime ta façon de t’exprimer, j’aime ton intelligence, j’aime l’organisation de tes idées. Vraiment.
    Cela fait toujours bizarre de dire cela, surtout j’imagine pour toi, à le recevoir, toi qui ne me connaît pas du tout, mais je me suis toujours senti assez proche de toi., bah oui, avec certains on peut se sentir des affiités plus personnelles qu’avec d’autres.
    Et je lis ce billet aujourd’hui, qui me bouleverse, qui me fait pleurer. Mon fils aîné est le même modèle que le tien, petit génie-tornade d’un côté, super lucide et très naïf de l’autre, horripilant et sachant me faire sortir de mes gonds, moi, la mère compréhensive et super ouverte que je suis (hum…). Il sort du moule, il est toujours au bord de la falaise et va toujours chercher la faille et demande de celui qui l’entoure une cohérence et une solidité très difficiles à tenir, que malgré moi, je lui fait “payer ” (je me trouve horrible en écrivant cela mai bon…) parfois, quand la patience n’est plus là.. Il demande des trésors d’imagination ce qui à la fois génial et super intéressant et épuisant…
    Il est très difficile d’en parler avec d’autres parents, parce qu’un enfant hors normes, attire pas mal de jalousie, d’incompréhensions ou d’a priori à la con, je ne t’apprends rien. Donc sentir ce qu’on vit résonner chez quelqu’un d’autre est toujours émouvant.
    Alors quand quelqu’un met les mots, quand en plus ce sont TES mots que j’aime bien quand tu parles d’anti cernes , mais qui me touchent là tout au fond quand tu parles de mon quotidien.. bah voilà je suis toute émue.
    Merci Sonia pour ce billet, et je te partage ce que je me dis quand je me sens toute pourrie comme maman: comme je me sens toute pourrie, c’est que j’ai une perspective qui fait je ne suis pas si toute pourrie…
    Suis je claire?!
    J’aimerais bien en discuter encore avec toi en privé si tu le veux bien (sinon je comprends très bien après tout, tu ne me connais pas du tout!)
    Bises!

    • Reply Sonia_Selaire août 3, 2016 at 11:35

      Oh non ne t’inquiète pas, tu n’es pas horrible et je crois qu’il est très sain de reconnaitre que parfois nos enfants nous sortent par les trous de nez, ça permet d’éviter bien des dérives à mes yeux. PLus je lis les commentaires plus je m’aperçois que nous sommes nombreuses à vivre honteusement notre vie de maman imparfaite, or le fait de le dire ça nous rend un peu moins imparfaites et puis il faut arrêter de croire que nos erreurs impacteront nos enfants de façon significative, je n’en suis même plus très sûre… Je crois qu’au contraire nous n’avons même pas ce pouvoir 😉 Tout cela se fait finalement presque sans nous hahaha, je grossis le trait bien sûr, quoique… On en parle quand tu veux! Gros bisous <3<3

  • Reply Martine Calvinhac juillet 29, 2016 at 3:18

    Merci Sonia, merci d’avoir me en mots la réalité des relations mère -enfant. Il y a nos rêves tout éveillés que nous faisons pendant neuf mois et la vie qui se dessine au fur et à mesure que l’enfant grandit et que nos illusions s’effritent pour finir par se briser à coup de non, de cris, de colère…… et à chaque enfsnt arrivant l’eternel scensrio qui se répète avec plus ou mois de différences.
    Avec ma fille cadette, mon unique flle, j’ai vécu comme un radeau parfois à la dérive, parfois secoué par la houle de ses colères, souvent épuisée parce qu’elle a toujours connu mon point sensible et appuyé sur ce qui fait mal.
    Elle est adulte et mère aujourd’hui et nous n’avons jamais réussi à trouver un point d’entente. Mes deux fils ont évolué differement.
    Ce qui est pour moi un échec avec ma fille , est une réussite avec mes fils mais cela n’empêche pas que je me reproche bien des choses. Mon rêve de mère et d’enfant idylliques a pris l’eau et j’ai pris conscience qu’il n’y a pas de mère parfaite et encore moins d’enfants ideaux juste des êtres humains.

    • Reply Sonia_Selaire août 3, 2016 at 11:24

      Coucou ma Martine, il y a parfois des non-rencontres… C’est le cas avec ma mère, nous n’avons pas pu, pas su, pas voulu? trouver un point de rencontre. Parce que c’était elle, parce que c’était moi 🙂 Que veux-tu, c’est la vie, c’est ma vie et je m’en accommode. C’est peut-être aussi pour ça que de toutes mes forces j’ai voulu réussir ma vie de maman mais là encore la vie s’arrange pour te montrer que tu ne maitrises rien. Si je commence à attendre des choses de mon fils je cours au devant de déceptions immenses, je ne peux que l’accepter tel qu’il est, tout comme il doit m’accepter telle que je suis et ainsi nous pourrons débuter quelque chose et s’enrichir mutuellement de nos différences et de nos ressemblances 😉 J’ai compris aussi que bien souvent nos conflits sont dues à nos ressemblances plus qu’à nos divergences et depuis ça m’éclaire sur mes travers :-)! Je t’embrasse bien fort <3<3

  • Reply Socarolyne juillet 29, 2016 at 6:03

    Ha ça faisait longtemps ma Sonia, plus je te connais et plus je me reconnais. nous en avons déjà parlé, de nos compliqués, je suis aussi ce general hurleur capable de passer dun moment ultra cool à sortir de mes gond en moins d’une seconde. j’ai tjs été gueularde mais JAMAIS j’aurai imaginé à ce point là.
    et un jour j’ai découvert l’éducation bienveillante et j’ai appris plein de chose, comment communiquer autrement, agir différemment. oui pcq entre le je sais tout je sais pas me taire plus d’une demi seconde je le dis à tout le monde même ceux qui n’ont rien demandé, surtout ceux là d’abord comme la maîtresse ce qui fait que je me la met à dos, l’hypersensibilité ( merci maman me dira t il plus tard ) le trouble de l’attention ( tu vois un poisson rouge ??) (mais cette fois merci papa, imagine j’en ai 2 comme ça à la maison ) je te dis pas c’est sport !! mais ça m’a beaucoup aidé et surtout beaucoup détendu l’ambiance à la maison !
    bref on se fait tjs une idée de ce que la parentalite est, et finalement bah c’est tout le contraire 😂😂😂

    • Reply Sonia_Selaire août 3, 2016 at 9:29

      Coucou Caro, oui ce livre sur la communication bienveillante tourne pas mal dans l’asso dont je m’occupe 🙂 Mais pour tout te dire je ne l’ai jamais lu et tu sais pourquoi? Parce que j’ai trop lu justement et qu’à un moment les réponses ne sont pas toutes dans des livres qui pour la plupart se contredisent. Les réponses sont en moi! Je dois me faire confiance et lui faire confiance, ça je doute qu’aucun livre ne m’apprenne comment y parvenir ;-)! J’ai une amie qui s’est toujours fait confiance pour tout alors que moi une décision minime ça vire à la torture! Eduquer c’est aussi faire des choix bons ou mauvais, on ne peut pas savoir, on peut juste essayer! Essayer de faire au mieux bien sûr mais qui détient cette vérité? La société actuelle infantilise et déresponsabilise les parents c’est pour ça que les gamins pètent des câbles parce que plus que tout ils ont besoin de nos certitudes… Pas facile quand on doute de tout mais c’est finalement un travail que l’on doit faire sur nous-mêmes et ne pas reporter cela sur eux! Bref… Je suis intarissable sur le sujet hahaha! Si tu as besoin du mail ou du tel de Revol, je l’ai… Je dis ça, je dis rien 😉 Gros bisous <3<3

  • Reply EnnirocK juillet 30, 2016 at 1:55

    Bonjour mon petit rayon de soleil bonjour les filles ( toutes aussi rayonnantes d’ailleurs)

    Tes mots sont toujours tellement justes et…apaisants!

    Le fameux mythe de la mère parfaite et de ses enfants parfaits….j’ai tellement cherché à l atteindre que je me suis perdue, j ‘en ai oublié l essentiel: l Amour…l amour de soi. Dans mon cas, je comprends aujourd’hui que ce que je recherchais ce n ‘était pas le bien_être de mes enfants mais le regard …admiratif…des Autres! Longtemps j ai voulu qu’on me considère comme The mother of the year et puis…..et puis j’ai compris que je perdais mes loulous que je les éloignais de moi…que la quête de cet objectif me rendait aigrie, insensible, malveillante et j en passe ….
    J’ai compris que “nos enfants ne sont pas nos enfants” (Khalil Gibran)…j’admets aujourd’hui que certaines choses nous échappent et qu’il faut les accepter… Je suis la maman de deux merveilleux garçons…mon aîné fait partie de ces jeunes dont l’adolescence se passe…mal .
    Aujourd’hui j accepte dans la douleur que ….je n y peux rien, je suis là je l aime de tout mon cœur mais ce sont ses choix et quoi qu’en disent les Autres …Non je ne l ai pas mal éduqué. Je lui ai donné mon amour et je continuerai à l’aimer encore et encore!
    Nous voulons tous le meilleur pour nos enfants mais le Meilleur pour Eux n est pas forcément le nôtre et vice versa.

    Excusez ce laïus un peu confus…et merci à toi Sonia pour cet espace de discussions

    Gros bisous ♥♥♥

    • Reply Sonia_Selaire août 3, 2016 at 9:22

      Etre mère à l’ère de la performance est devenue une gageure… Comme je te comprends! C’est comme si de nos jours nous avions une obligation de résultats avec nos enfants. Nos enfants doivent être efficients à l’école, polis, curieux, sages et surtout HEUREUX, bref on parle presque d’enfant mythique et donc de parents mythiques, c’est très psycho-toxique cette atmosphère pour tout le monde! Pour nos enfants sur qui on déverse une pression inhumaine et sur nous qui sommes incapables pour la plupart de relever le défi! Et alors? Sommes-nous pour autant indignes ou malheureux? Il faut perpétuellement remettre les choses en perspectives! Rien n’est grave et certainement pas un enfant un peu en dehors du moule ou qui ne correspond pas à nos fantasmes de perfection ou encore qui est un peu taciturne de nature! Personnellement d’avoir eu un fils comme le mien, (je ne parle jamais de ma fille car je dois bien avouer qu’elle et moi on se comprend mieux), c’est juste la meilleure chose qui me soit arrivée, car j’ai avancé, progressé et je me suis élevée, au sens propre du terme, je suis montée en grade sur l’échelle de la vie, je suis devenue un meilleur être humain 🙂
      Khalil Gibran était le poète préférée de ma grand-mère mais j’avoue que je ne connaissais pas cette citation qui me parle, tu t’en doutes 🙂 J’en ai une autre qui m’accompagne également et qui est issue du livre de Claude Halmos “pourquoi l’amour ne suffit pas” et qui dit qu’on aime nos enfants pour qu’ils nous quittent! Ca me permet toujours de relativiser parce que ce qui compte ce n’est pas l’ici et maintenant en matière d’éducation c’est plutôt quel humain vais-je léguer à la société de demain.
      Et puis oui on apprend aussi que plein de choses nous échappent, qu’on ne peut pas tout et qu’on ne pourra pas éviter la souffrance à nos enfants parce que j’ai aussi fini par admettre que les protéger de tout ce n’était pas leur rendre service, il est des expérimentations que l’on doit faire seul en tant qu’humain et la tristesse, la souffrance etc. sont de celles là! On ne peut qu’être là si besoin…
      A mon tour de m’excuser pour ce laïus mais j’avoue que quand on me lance sur le sujet je deviens vite relou hahaha!
      Enormes bisous et surtout continuons d’être indulgentes envers nous-mêmes, y’a mieux mais y’a bien pire aussi 🙂

      • Reply pâte à crêpe août 3, 2016 at 4:10

        Je te retrouve bien vite en MP pour discuter sur le sujet car je trouve plus intarissable que moi sur le sujet! Je suis épatée, super contente et j’ai hâte d’échanger plus! En attendant,je me permets de mettre ce poème en entier tellement je sais qu’il va te parler:

        Et une femme qui portait un enfant dans les bras dit,
        Parlez-nous des Enfants.
        Et il dit : Vos enfants ne sont pas vos enfants.
        Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même,
        Ils viennent à travers vous mais non de vous.
        Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.
        Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,
        Car ils ont leurs propres pensées.
        Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
        Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter,
        pas même dans vos rêves.
        Vous pouvez vous efforcer d’être comme eux,
        mais ne tentez pas de les faire comme vous.
        Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s’attarde avec hier.

        Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.
        L’Archer voit le but sur le chemin de l’infini, et Il vous tend de Sa puissance
        pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.
        Que votre tension par la main de l’Archer soit pour la joie;
        Car de même qu’Il aime la flèche qui vole, Il aime l’arc qui est stable.

        (extrait du recueil Le Prophète)
        (sculpture de Gudmar Olovson)

        • Reply Sonia_Selaire août 10, 2016 at 10:01

          C’est un magnifique poème auquel je souscris pour bien des choses notamment sur le fait que nos enfants ne nous appartiennent en rien, cependant et j’avoue que je suis poil à gratter et que je trouve toujours à redire de tout, désolée :-)! C’est nous vouloir, nous parents, bien mieux et bien moins humains que nous ne sommes en réalité 🙂 J’aimerais être l’arc stable etc. sauf que ma pauvre dame, j’en suis loin, j’ai l’impression d’être une arbalète en plastique hahahaha! Et ma question reste celle-ci : et donc? Est-ce grave pour mes enfants? Est-ce grave pour moi? Je ne crois pas… Je suis ce que je suis et finalement c’est bien comme ça! Le piège c’est finalement de se vouloir autre que ce que nous sommes, c’est faire peser sur nos frêles épaules et sur celles de nos enfants une pression inutile. On fait tous ce qu’on peut avec ce qu’on a! Essayer de faire mieux et de s’améliorer bien sûr que c’est important et salutaire mais on ne part pas tous de la même ligne de départ, or donner la même ligne d’arrivée à tout le monde c’est injuste… Bref c’est ma réflexion du jour 🙂 Plein de bisous <3<3

  • Reply Mathys.D août 1, 2016 at 9:40

    Waw quel joli post Sonia, l’amour qui en découle est flagrant ! La complicité entre une mère et son fils est quelque chose d’inaliénable et de sacré, c’est un post vraiment très touchant. Sache que peut importe ce que tu feras ou ne feras pas aux yeux de ton fils tu seras toujours la meilleure ! (pour ma part en tout cas) Pleins de gros bisous <3

    • Reply Sonia_Selaire août 3, 2016 at 8:59

      Toi tu es mon fils caché mon petit Mathys, qu’est-ce que ça doit être chouette d’être ta maman 🙂 Je t’embrasse bien fort <3<3

  • Reply badgeekette août 12, 2016 at 12:53

    coucou Sonia !
    J’ai beaucoup aimé ton article.. surtout la comparaison avec la fratrie de Malcolm 😀
    moi aussi j’ai des penchants Lois des fois … ma fille a 14 mois et des fois je me rends compte qu’autant je l’aime autant parfois quand elle fait des caprices (et oui déjà :D) je pourrais la jeter par la fenêtre !!! loool. bon la sage-femme qui m’a suivie post-accouchement m’a dit que c’était normal d’avoir des pensées pareilles… c’est le contraire qui ne serait pas normal !
    en tout cas depuis que je suis maman je me rends compte qu’il y a beaucoup de beaux moments mais aussi d’autres beaucoup moins sympas !! mais je n’échangerais pas ma vie actuelle pour celle d’avant 😀 bisous !

  • Reply Farah août 19, 2016 at 9:08

    Bonjour Sonia
    Je viens de lire ton billet d’humeur tout d’abord il m’a plut, marrant et émouvant, j’ai apprécié toutes tes “références” joli!!
    Je ne suis pas maman, mais j’ai des amies et se que je vois c’est qu’elles font se qu’elles peuvent, nul n’est parfais et c’est bien.
    Elles sont tout cela, tendre et colérique, professeur et animatrice, toujours à la page!!! et même si parfois c’est dur, elles me disent toujours c’est la plus belle chose “que j’ai faites” Et en plus” le pire” dans tout cela c’est que c’est les meilleures amies du monde. Je te découvre depuis peu sur youtube (t’avais laissé une petit com) mais comme une impression que tu as un grande ouverture d’esprit et grande tolérance et çà c’est pas mal quant ont transmet non? !!! Plein de belles choses pour toi et passe de belle vacance (si c’est le cas) Bisous Farah

  • Reply France août 24, 2016 at 1:57

    Je vais faire simple car j’ai 62 ans et tout se simplifie avec le temps (on a intérêt d’autant que ce n’est pas le monde qui va s’adapter à nous mais à nous de comprendre son évolution, et les enfants sont parfaits pour nous aider dans ce domaine).
    J’ai trois enfants dont une fille aînée de 40 ans.
    J’aime beaucoup ton billet d’humeur d’autant qu’il y a 40 ans, je tenais les mêmes propos que les tiens, mais j’avais l’impression de sentir le souffre, d’être une sorte de maman iconoclaste et bizarre. J’osais dire ce que je ressentais, ce que je vivais en tant que maman et ce n’était pas toujours de la guimauve (cela dit, je suis raide dingue de la guimauve et de ses dérivés style nounours guimauve enrobés de chocolat, mais je m’éloigne du sujet…)
    Merci à toi. Nos défauts et nos failles permettent à nos enfants d’en avoir, eux aussi, sans peur de nous décevoir. J’aime les gens imparfaits, ils me touchent et je les trouve vrais.
    J’adore mes enfants tels qu’ils sont, j’adore leur caractère bien trempé. Avec le recul, nous aimons évoquer et rire de tous nos moments de crises. Cela fait des souvenirs hauts en couleurs.
    Je désire avant tout qu’ils se sentent libres et allégés d’un éventuel poids familial inutile.
    Bisous. France.

  • Reply Louloute janvier 2, 2017 at 9:42

    Coucou belle Sonia, je viens de me faire un plaisir en lisant plusieurs de tes articles et celui ci je dois dire m a particulièrement intéressé …la vie de maman est pour le moins différente de ce que j avais pu imaginer …j’ai 2 loulous dont le plus grand est au collège ( que le temps passe vite ) et c est un peu mon clone il a du caractère et est assez têtu et j avoue qu il nous arrive d avoir des conversations pour le moins fortes en voix enfin disons que c est plutôt moins qui crie… avant d être maman j étais une personne assez douce et calme et j ignorais que je pouvais monter aussi fort dans les aiguës lol mais j ai grandi et muri avec mes enfants je ne suis plus la même , j apprends chaque jour avec eux…oui je crie je pleure de temps en temps ( le sentiment d être parfois perdu et de ne pas réussir à se faire comprendre ou entendre ) mais la plupart du temps je ris, je joue, j’apprends et je suis tellement heureuse et reconnaissante de les avoir …se sont des êtres singuliers et pas des enfants parfaits de films télés ( tu sais les enfants qu on a pu voir il y a peu dans les séries de Noel lol ) et moi qui est pour ENORME défaut de vouloir que tout soit parfait, réglé et organisé et bien j’en suis revenu …l amour ce n est pas vouloir que l autre soit comme nous et ils ne sont pas à moi ils s’appartiennent et j essaie de les guider au mieux …je les aime plus que ma propre vie et j aimerais tellement les éloigner de tout ce qui est dangereux triste que je les couve un peu trop mais j avance et j apprends de mes erreurs et le plus important c est l amour qu on ressent et qu on partage ensemble …Merci à toi de partager avec nous et vives les petites imperfections qui font que nous sommes tous différents et uniques Bisous ma belle à toi et toute ta famille

  • Leave a Reply