Billet d'humeur

Deviens la mère que tu es!

juillet 28, 2016

Je me permets de paraphraser notre ami Friedrich car je souhaiterais traiter du thème éculé du mythe de la mère parfaite.

Je sais qu’il existe des blogs entiers qui lui sont consacrés et je sais aussi que je n’apporterai rien de nouveau concernant le sujet, si ce n’est mon expérience.

Il se trouve que lorsque je suis tombée enceinte de mon fils, je m’imaginais que je serais cette mère là :

 

e2fdfe11

 

La Vierge Marie, rien que ça!

 

Une mère douce, dotée d’une patience infinie, ayant la capacité (surnaturelle ?) de répondre toujours de façon juste et cohérente aux sollicitations de mon enfant à venir.

Lui, bien sûr, serait un enfant calme et posé puisqu’il grandirait dans un cadre harmonieux et sécurisant le tout arrosé d’amour, de bienveillance, de guimauve, et de petits lapin en sucre, de … oui bon j’étais jeune et naïve! Sûrement plus que la moyenne j’en conviens!

M’enfin le backdraft de la réalité que je me suis pris dans la “yeule”, je peux vous dire que ça vous remet n’importe quelle pendule à l’heure.

 

Hellooooo principe de réalité!

 

C’est malheureusement sans compter sur l’enfant à naître qui lui a décidé de contrecarrer votre joli scénario hollywoodien…

Ah les joies de la génétique! En fonction des aléas vous pouvez vous retrouver soit avec un génie, soit avec un enfant qui a hérité de tous vos défauts, ce qui bien entendu lorsque vous avez tendance à être dans la projection narcissique vous ramène incessamment à vos propres limites.

Je vous l’ai déjà dit mais clairement on gagne en humilité en devenant maman, rien que pour ça c’est essentiel (no offence aux childfree, je ne fais pas de prosélytisme !)

 

Il se trouve que dans les faits je suis ce genre de mère :

116_liquidateur

 

Loïs dans la série Malcolm

 

Parce qu’il se trouve que mon fils est le parfait mélange de Malcolm pour l’aspect « je sais tout sur tout, j’ai un avis, sur tout, je ne sais pas fermer ma gueule et ceci me fait me retrouver systématiquement dans des situations périlleuses », de Dewey pour le côté bizarre (mais vraiment très bizarre) ainsi que l’imagination délirante et enfin de Francis pour sa tendance naturelle à s’opposer à sa mère, la tenir responsable de tout en toutes circonstances, bref vous l’aurez compris nous avons connu mon fils et moi quelques conflits !

Dieu Merci il n’a de Reese que l’inclination pour la lutte ! Ca peut toujours être pire…

Et moi ? Et bien moi je ne me reconnais pas!

Je ne savais pas qu’en moi sommeillait une gueularde, un général de l’armée de terre, je ne savais pas non plus que j’étais tellement tenace !

J’ai très vite fait le deuil de la figure emblématique maternelle et quasi christique à laquelle j’aspirais dans ma grande vanité ! Non, clairement j’ai appris à faire avec un humain que j’avais fabriqué et qui avait un caractère « particulier ».

Très vite j’ai compris que ça venait de moi… Parce que mon mari, bien qu’il ait du caractère et pas qu’un peu, n’est pas ce qu’on pourrait appeler une personnalité explosive alors que mon fils et moi sommes « volcaniques » et je dois dire que cet enfant a le mode d’emploi me concernant. Il a le bouton START et il arrive à me faire passer en une milliseconde d’un calme olympien à une furie !!!! C’est assez étonnant d’ailleurs et je lui reconnais volontiers ce talent !

 

lois-malcolm-middle-mantenerlos-foto_nacima20131210_0233_3

Je vous assure que ça y ressemble!

 

Il entre au collège en septembre et nous avons maintenant une décennie de vie commune à notre actif, c’est assez long pour qu’on se permette d’en faire un bilan.

Qu’ai-je appris de lui ? J’ai grandi. Incontestablement. J’ai appris à lâcher prise aussi, c’était obligatoire si je ne voulais pas me transformer en Médée (l’hyperbole vous l’aurez compris fait partie intégrante de ce post !!!)

J’ai appris aussi que les défauts que je lui ai légués en héritage allaient être une force parce que selon les circonstances avoir un sale caractère ça peut vous aider à faire face à beaucoup de connerie et c’est ô combien précieux de nos jours !

Et surtout moi qui me voyais fragile, je me suis découvert une force incroyable grâce à lui et non à cause de lui. J’ai mené des combats et suis devenue militante, une chose que je ne me soupçonnais vraiment pas capable de faire avant lui. J’ai aussi beaucoup appris sur la vie, sur les échecs qui n’en sont pas car ce sont des leçons ou des opportunités. J’espère sincèrement lui apporter autant qu’il m’a donné.

Ce que je lui ai appris ? Je ne sais pas il faudrait lui demander 🙂

Mais ce que je constate c’est qu’à l’aube de l’adolescence nous en avons fait du chemin lui et moi.

C’est un garçon calme et posé (tout arrive !!!) et le plus beau dans tout ça c’est notre relation. Il existe entre nous une sorte de pacte secret, nous sommes seuls à savoir nos défauts et nous en rions de bon cœur ! Je le surprends parfois à me ressortir des phrases que je lui ai dites quand il était plus jeune, alors je sais que tout a servi:  les pleurs, le désespoir, les cris, les « mais mon Dieu qu’est-ce qui m’a donné un enfant pareil », les mélodrames « j’arrête, je quitte tout Monde cruel » et bien entendu les joies et les rires !

Ce n’est pas pour rien que j’ai toujours aimé Forrest Gump, j’aurais aimé être ce genre de mère, en même temps Forrest n’est pas mon fils…

Mais c’est un film qui montre que l’on peut avoir une vie magnifique et pleine de surprises même si on démarre avec des points de retard.

Je ne sais pas ce que l’avenir réserve à mon fils. Je sais juste que j’ai confiance en lui, en la vie et en moi et ça c’est déjà beaucoup, vous ne croyez pas ?

 

 

signature

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply Sandra juillet 28, 2016 at 5:51

    Quel joli post! A 28 ans, je ne suis pas mère et n’en ressens pas du tout l’envie. D’ailleurs, cette pression sociale que je ressens un peu plus chaque jour me soule un peu. M’enfin, ce n’est pas le sujet…
    J’ai trouvé ton post plein de tendresse malgré cette énergie qui s’en émane…tes mots transpirent ton côté volcanique! Je ne pourrais pas donner mon point de vue de mère, tu l’as bien compris. En revanche, j’ai été une ado trèèèèès difficile et le bouton “start” de ma mère je l’activais un peu trop souvent! Aujourd’hui nous avons une complicité incroyable (ce qui ne nous empêche pas de nous hurler dessus parfois aussi…c’est ce qu’on appelle la passion je crois!) et je constate que vous êtes tous les deux en train d’en établir une très jolie aussi. C’est très drôle de lire le point de vue d’une maman, c’est aussi très rafraîchissant lorsque les blogueurs laissent parler leur côté humain, loin des images lisses que le net peut nous offrir généralement!

  • Reply Laurence juillet 28, 2016 at 6:02

    Merci de désacraliser l’image de la mère parfaite…. effectivement nous sommes plusieurs dans ce cas là !

  • Reply Tachouille juillet 28, 2016 at 7:15

    Encore un bien joli post! Les enfants ont ce talents de faire ressortir le pire comme le meilleur de nous meme! Et en même temps c’est pour ça qu’on les aime! Ils te rendent fou mais sans eux tu n’es plus rien (enfin des fois ça fait du bien quand même de ne pas les avoir!😉). Encore merci pour ta plume! Natacha maman de 2 tornades de 3 et 5 ans (oui oui au tout début des ennuis!😂😂)

  • Reply Ta PandaSista juillet 28, 2016 at 7:30

    Sonia,

    Comme je te remercie de ce post. Je suis maman de 2 garçons et j’ai l’impression d’être devenue agent de police hurleuse. Je culpabilise d’ailleurs souvent de ne pas trouver la patience , de ne pas être la douce “Caroline” dans la petite maison dans la prairie, dévouée corps et âme à ses enfants et son mari. Je rêvais aussi d’être cette mère jeune , compréhensive , juste … Parfaite . Mais non. Mon fils aîné est à la limite de la précocité et est tellement intelligent , qu’il appuie là où ça fait mal quand bon lui semble et son hypersensibilité le rend aussi bien attachant , qu’effrayant. (Il est très doué pour les maths, merde , tout cela ne vient pas de moi :p )
    Le second fait un complexe d’Oedipe ultra … Tyrannique et je me fais accompagner pour éviter mes envies de le jeter par La fenêtre (n’appelez pas la protection de l’enfance , c’est du second degré hein ) . MAMANNNNNNN’N’NN , toutes les 30 secondes … Et Ca , c’est mon bouton Start au bout de la 12 eme fois , 47 eme questions.
    Mes enfants ne sont pas parfaits, moi non plus. Mais quand on se câline , qu’on se raconte nos histoires , quand on se regarde .. On sait que chaque étape plus difficile n’est que l’aube d’un bonheur encore plus grand .
    À toi Sonia , ma Pandasista, tu mérites les meilleurs petits et grands bonheurs ! Je t’embrasse

  • Reply Aude juillet 28, 2016 at 7:55

    Bravo et merci pour ton article qui est une vraie déclaration d’amour d’une maman pour son rejeton…. Me suis tellement reconnue merci et c’est vrai nos enfants avec leurs caractères de merde nous font grandir et m’ont tellement et je leur dit merci à eux aussi.

  • Reply louvePassions juillet 28, 2016 at 8:40

    yeahhhh magnifique article , j étais aussi pleine de magnifiques principes surtout qu avant d avoir mon fils aîné j étais nounou à domicile et j ai élevé pas mal de chers bambinos et ça c’est toujours bien passé , et là naissance de mon aîné (qui a 17 ans 1/2 maintenant ) splendide petit garçon , vif et intelligent mais avec un caractère de folie !!! (le mien il parâit ) et là à partir de ses 2 ans il est entré en crise d adolescence (oui oui àa existe) et moi j ai commencé mes hospitalisations longues ce qui n a rien arrangé et pendant 9 ans ça a été l enfer , mais avec un amour immense pour cet enfant qui avait tellement d amour et d énergie qu il ne savait pas comment là canaliser , on a du se faire aider et par bonheur , une psy à su trouver les mots pour l aider , en 1 été il a changé du tout au tout , mais en même temps nous aussi on a eut des séances , des remises en question , le métier de parent est le plus beau du monde mais le plus difficile aussi , et la grandeur c’est de savoir se remettre en cause et ça c’est nos enfants qui nous l apprennent c’est pour ça qu ils sont si précieux , et je suis fière de ne pas être une mamand parfaite parce que c’est grâce à nos erreurs que nous avons à présent une belle relation , et je me suis tellement retrouvée dans ton article <3 je vous souhaite plein de bonheur 🙂 et d aventures

  • Reply Suzanne juillet 28, 2016 at 8:42

    Sonia j ai vécu sensiblement la même histoire avec mon fils. Il a 23 ans aujourd’hui hui
    et ce n est pas toujours facile mais lui et moi continuons à évoluer et à apprendre l un de l’autre.
    Nous avons passé à travers plusieurs épreuves difficile mais nous l avons fait ensemble et
    je sais malgré des divergences d opinion que nous serons toujours des alliés, dans le pire et dans le meilleur.
    Merci de ta très grande franchise et surtout de ton humour.
    Bonne route belle Sonia…
    Suzanne de Montreal

  • Leave a Reply